Petite défense du croissant espagnol (le cruasán)

Pour en finir avec cette histoire du croissant espagnol. (On ne pouvait pas se passer de faire un petit commentaire nous, les croissants ambulants)

Aviez vous déjà vu un croissant flamenco? Nous non plus.

C’est vrai. Les cruasanes espagnols sont mauvais par rapport aux croissants français.

La polémique vient d’un blog gastronomique espagnol du journal El País. Le billet de Mikel Iturriaga a fait un tabac en Espagne ouvrant une énorme cyber-discussion.

Maintentant Rue 89 a repris le sujet. Le billet d’Elodie Cuzin est très bien. Génial, quand elle interviewe deux touristes français qui décrivent leurs expériences avec les secs, insipides et sucrés! croissants espagnols. Mais…


  • 1) On ne vas pas au Paraíso del Jamón pour manger des croissants. Jamais. On mange du jamón, on boit des ‘cañas’, on mange du chorizo, mais pas de croissants. D’ailleurs, on ne va pas souvent au Paraíso del Jamón. C’est un bar sympa, avec des bons prix, mais qui attire surtout des touristes.
  • 2) Elodie nous montre des photos des croissants ‘vraiment’ dégueu. Mais il n’y a pas que ça! La discussion ouverte par le célèbre sujet de El País a même conduit à la réalisation de la carte des meilleurs cruasanes (croissants espagnols), et ses boulangeries respectives.
  • 3) C’est vrai, les croissants espagnols sont moins bons… Mais ce qu’on oublie, même dans l’article de Mikel Iturriaga qui a crée toute cette ‘Guerre d’Indépendence du Croissant espagnol’, c’est que les cruasanes sont très, très goûtus à la plancha, comme on les mange le plus souvent dans les “bares y cafeterías”! Et ça, on ne les trouve pas en France.
Rien ne vaut un bon 'cruasan plancha'

République, fous-nous la paix

Cette République, on l’observe tous les jours, c’est la République de la médiocratie, c’est la République de la “fricocratie”.

Rien que ça. C ‘est pas a nous, c’est le Maire d’Amnéville qui s’est lâché comme ça pendant ses Voeux 2011.

Du coup Jean Kiffer (on kiffe) propose la sécession de sa commune d’un peu plus de 10.000 habitants, pour la transformer en “principauté virtuelle de Stalheim” (la cité de fer), en reprenant le nom donné par les Allemands au XIXème siecle.

Ils ont bien rigolé ce matin sur France Info avec Nicolas Poincaré. Moi aussi.

C’est Rue89 qui l’a publié après avoir été signalé par un internaute. Ils on bien ri aussi, dès le titre du sujet: Groland existe pour de vrai, c’est la « principauté de Stalheim »

Monsieur le Maire parle a partir de 4’14” et ça chauffe petit a petit. Vers 8′ ça commence a brûler.