Manifestación 19-J en Bruselas

(FR sous la photo)

¿Habéis probado alguna vez un Cruasán con patatas fritas? ¿No? Pues es un poco indigesto. Y ahí andamos, digiriéndolo… Pero vamos a volver.

Y mientras, os dejamos el video de la manifestación del 19 de junio en Bruselas. Sí, hace un mes. Es lo que tiene trabajar en verano e irse de pingos los fines de semana.

Al principio había bastante tensión. Los manifestantes querían irse a la plaza de la que habían sido desalojados días antes y la policía no les dejó.

Los manifestantes llegaron a ser gaseados y bloqueados en una calle. La policía no dejaba salir ni siquiera a los niños. De repente la manifestación se calmó, y pese a algún momento surrealista, otra vez con niños de por medio, todo acabó tranquilamente bajo la lluvia y con una asamblea popular en la estación de Luxemburgo, a un paso del Parlamento Europeo. Es lo que tiene Bruxelles, la belle.

Fuente verídica de Bruxelles, entre Porte de Namur y Louize

¿Aviez vous déjà mangé un croissant aux frites? ¿ Non? Bon ben, c’est un peu indigeste. Et voilà, on digère, c’est pour ça qu’on n’écris plus beaucoup dans El Cruasán Ambulante en ce moment. Mais on reviens très vite.

En attendant, récit en images et paroles de la manifestation des indignés belges le 19 juin à Bruxelles. Ça fais un mois! Vous me direz. Et oui, justement, pour fêter ça, j’ai réussi a finir le montage.

En Espagne le 19-J les indignés rêvaient d’une méga manifestation mondiale. Bon, c’est pas le cas, mais à Madrid c’était assez impressionnant. Et à Bruxelles… C’était sympa.

Ça a finit sous la pluie, bien sûr, devant les institutions européennes, bien sûr.

Passez un bon été!

Anuncios

¿Hay que temer a los indignados? por Seb Musset

Version originale en Français 

Excepcionalmente y por su interés, traducimos un post escrito por el cáustico bloguero político Seb Musset y descubierto gracias al fotógrafo y periodista Juan Peces.

Fue publicado el 30 de mayo, en plena psicosis mediática por los pepinos-que-no-tuvieron-la-culpa, mientras los ‘indignados’ intentaban organizar su acampada en París, pese a que la policía francesa parece decidida a cortar de raíz la protesta. Enlaces en francés (menos uno de ellos).

¿Hay que temer a los indignados?  © Seb Musset

“¡Por Milton Friedman! ¡Los vegetales se mueven! ¡Y además piensan!” Podíamos escuchar en los pasillos de Matignon [sede del Gobierno francés] en los últimos días.

La bacteria ‘X-asperación’ ya ha dejado 10.000 víctimas en España y muchas más en Grecia. Se han detectado 1.000 casos sospechosos estos días en el XI arrondissement de Paris [los barrios están numerados]. Estático, el foco infeccioso ha sido objeto de una pulverización preventiva el domingo por la noche.

Las autoridades sanitarias europeas hacen saber este lunes que la fuente de contaminación de estos jóvenes, de estos “indignados” -antes llamados “los vegetales”- todavía no ha sido identificada.

Paro, falta de esperanza, falta de imaginación, necesidad de cariño, de ser protagonistas… Tantas razones, que los expertos económicos y sociológicos no son capaces de delimitar con certeza el origen del agente patógeno.  Se mantiene la alerta general por la amenaza de los indignados” ha declarado la ministra de la Protección de las rentas y de los acreedores Christine Lagarde en respuesta a la pregunta crucial que le hizo el polémico [periodista] Elkabbach: “- ¿entonces, debemos llamarla señora director o señora directora del FMI?”.

La amenaza europea de una propagación de la bacteria ‘X-asperación’ inquieta en las más altas esferas aunque, por el momento, no muestran ningún signo de febrilidad.

Preventivamente, las autoridades médico-sanitarias desaconsejan el consumo de imágenes de ‘indignados’, y en particular de aquellas provenientes de la Puerta del Sol de Madrid donde, cada noche, el foco infeccioso demuestra ser particularmente activo y creativo. “- Si la fiebre ibérica se mezcla con las variantes epidémicas egipcias o tunecinas, que no necesitan demostrar su resistencia, ahí sí, nuestro sistema inmunitario se verá afectado y el capital estará con la mierda hasta el cuello, pero por ahora, bah…” Declara un investigador de la OMS, Organización Mundial de la Sumisión.

“Indignados”, en la jerga del marketing, designa al individuo en el cual la resignación y la flexibilidad a los dictados del mercado se aproximan al punto de ruptura: o sea, que se pone a reflexionar sobre su condición -y aún peor- a discutir y a buscar soluciones distintas a aquellas que les sirven los devotos del capitalismo con un buen un tipo de interés. Antes de llegar a eso conviene venderle algunos manuales y DVD sobre el asunto.

En este punto Michel Godet, [economista] del Instituto del Interés del Público de Michel Godet, encargado del respeto moral del capital y de la lucha contra los virus que debilitan la conversión liberal a base de azotes en el culo del cuerpo social francés, ha confirmado que la pequeña concentración del fin de semana en La Bastilla costará dos puntos de crecimiento económico a Francia. Incluso si, por el momento el kebab de la calle de la Roquette y los vendedores ambulantes de gorras modelo “Hasta la Revolución siempre” made in Singapur han disparado sus beneficios un 2.700%.

“Pero que no cunda el pánico: gracias a la acción conjunta del antiviral JJPernaut [presentador TV] y de la tri-terapia antibiótica de los Drucker [presentadores TV] (Marie, Lea et Michel) así como de los antibióticos Cofidis y Cetelem [crédito rápido] el riesgo de propagación nacional de las metástasis es mínimo.” apunta Godet.

Por precaución, el CSA [Consejo Superior del Audiovisual] ha prohibido citar en antena los factores agravantes del virus; Facebook y Twitter. (Enlace en español. La noticia es cierta aunque parezca mentira).

Aún así, una fuente anónima del CSA está alarmada: “-Si la tendencia continúa tendremos que volver a contratar a Eric Zemmour en la tele a la vuelta de las vacaciones”.

En un comunicado conjunto, los ministerios de Economía y el de la Salud y la Juventud (recientemente fusionado con el del aburrimiento y el de los pepinos) han precisado que la contaminación estaba ligada quizás a un sentimiento muy extendido entre los jóvenes menores de 30 años de “se faire niquer dans les grands largeurs” [intraducible: estar siendo sodomizados, aprox] por este sistema en manos de viejos”.

Invitado en la radio privada RTL el cáustico François Baroin [ministro de Sarkozy] ironiza: “- Evidentemente, los mayores de 30 años están en la misma situación, pero están ahogados por los créditos los muy gilipollas”.

En Beauvau [Ministerio del Interior] se inquietan también por unos hipotéticos desórdenes en junio. “-Incluso el tratamiento anual Roland Garros se muestra ineficaz: “eso” prefiere seguir en la calle. La culpa es de las nuevas tecnologías probablemente”.

Es lo que nos confirma un indignado a través de una red social antes de que le corten el ‘streaming’: “¡lo importante para hacer la #frenchrevolution es tener bien cargada la batería del iPhone!”.

No hacía falta mucho más para que un colectivo de diputados de la “derecha popular” saltara a la palestra para reclamar la prohibición pura y simple de que los menores de 40 años salgan a la calle… debido a la sequía. ” – Las dosis masivas de sol en verano favorecerán una vuelta, incluso la multiplicación de las células activas, y ¡si eso ocurre será la anarquía!” declara Eric Ciotti, diputado de la UMP por la región Alpes-Marítimos, pronunciándose a favor de una derogación especial para que los jóvenes puedan acudir a hacer sus prácticas de verano remuneradas con medio ticket restaurant.

“Los departamentos de Recursos Humanos también han sido adiestrados para detectar y denunciar la presencia de la bacteria X-asperación o cualquier signo de indignación en las empresas” ha declarado el sábado por la noche el ministro de Sanidad Xavier Bertrand. Aunque sabemos por fuentes oficiosas que las autoridades están reforzando el dispositivo de vigilancia en coordinación con las empresas Taser, Atlántico y los sprays oculares vas-a-llorar-hasta-que-te-sangren-los-ojos, X. Bertrand ha advertido contra toda “precipitación” en la respuesta al peligro joven. “Mientras no los escuchemos no hay razón para que les oigamos, pero no queremos arriesgarnos a un bloqueo de la actividad” ha asegurado en [la TV pública] France5 mientras que Paul Amar [otro periodista tertuliano] le tendía una bandeja de dulces merengados.

Aunque las autoridades francesas incitan a los medios a mantener la administración masiva del herbicida informativo Dominique Strauss-Kahn, conocido por sus virtudes hipnóticas, en el comisariado de la rentabilidad se muestran confiados: “- Las vacaciones se aproximan, los indignados deberían dispersarse por sí solos”.

Pero en caso de recaída el Elíseo prepara una violenta respuesta terapéutica. Gracias a un avión espía por control remoto hemos podido conocer la portada de la próxima edición “de urgencia” de Le Figaro [diario conservador] con el tema:

“Carla y el Rey, en la intimidad de una pareja de Estado”

© Seb Musset Post original (FR)

Un Cruasan Andalou

En castellano, por aquí.

Pendant notre petit voyage au coeur de la ‘Spanish Revolution’ on avait rencontré un vrai cruasan, mais à l’inverse. Guillaume, un saxophoniste français qui habite à Seville depuis des années. Encore un qui déménage pour suivre son amoureuse.

Ils nous racontait ses sensations dans l’effervescence de la premiére semaine de manifestations à Madrid. D’ailleurs, il était autour de 4 heures du matin du lundi 23 mai quand on a fait l’enregistrement, et il partait directement travailler. Il avait tellement aimé l’ambiance de Puerta del Sol qu’il avait décidé de rester jusqu’à la dernière minute.

Écoutez. Ça vaut le coup d’écouter aussi sa version en espagnol avec accent andalou.

Et puis oui. On est bien des fans du réalisateur Cruasan Luis Buñuel et de son Chien Andalou, qui tombait bien pour le titre de ce billet.

Un Cruasán Andaluz

Durante nuestro viaje al corazón de las protestas de la ‘Spanish Revolution’ nos encontramos con Guillaume, un verdadero Cruasán Andaluz. Saxofonista francés se fue a Sevilla hace años y allí sigue por amor, como suele pasar en estos casos.

Nos contó sus sensaciones en andaluz, y en francés. Vale la pena escuchar la versión francesa para creerse que no se trata de un trianero, si no de un francés con acento andalú.

Y bueno, está claro, somos fans del director Luis Buñuel, también siempre ligado a Francia, osea Cruasán, y su Perro Andaluz.

La ‘Spanish Revolution’ débarque en France (updated 3!!)

Photo Juan Peces

Lyon ne veux pas voir sa jolie place Bellecour transformée en petite place Tahrir.

Cette nuit la police a dégagé les quelques 150 personnes qui campaient. Des moments tendus. Voici un des commentaires laissé à ce sujet par un Cruasán/a. (Merci, d’ailleurs)


“Ce lundi 23 mai 2011, à LYON :

Après nous être rassemblés à partir de 19h, avoir discuté et partagé un grand repas, une trentaine de CRS épaulés par la BAC nous ont évacué avec force vers 23h15 (nous étions assis pour poursuivre nos échanges sereinement, lorsqu’ils nous ont encerclé et chassé en nous soulevant, tirant les cheveux, etc). Environ 150 personnes présentes. Pas d’arrestation.

On reviendra demain [aujourd’hui, ndlr] à partir de 19h, et après demain et ainsi de suite, pour nous réunir, parler et vivre une véritable démocratie, celle-là même que l’Etat nous refuse.

pour suivre l’actu lyonnaise :
http://rebellyon.info/Tahrir-Puerta-del-Sol-Bellecour-La.html

 Le Post raconte aujourd´hui comment la police est aussi intervenue à Montpellier. Comme quoi il surveillent de près le site Réelle Democratie, créé pour expliquer ce drôle de mouvement en France, écris en français.

Impressionnant rassemblement à Berlin. http://democraciarealyaberlin.com/ via la journaliste espagnole Olga Rodríguez

Un ami français me disait récemment que ce serait très difficile qu’un tel mouvement prenne en France. Car même si les français ont bel e bien l’habitude de manifester, c’est toujours accompagnés par les syndicats et où des partis politiques. “Ils ont le monopole des mobilisations” disait-il.

Hier, au coeur du rassemblement à Puerta del Sol, à Madrid,  je pensais aux différences entre la police française et l’espagnole. Après la minute de silence quotidienne, à minuit,  1.000 personnes étaient encore sur place entourées par deux seules voitures de police. Ambiance complètement calme.

On voit bien que les autorités françaises ne comprennent pas ou ne sont pas prêtes à autoriser un rassemblement citoyen spontané, même s’il est pacfique. L’article du Post laisse comprendre que ces rassemblements sont juste un attentat à l’ordre public pour les policiers.

Et pourtant, les protestations continuent de se répandre.

Silence: journée de réflexion dans la Révolution espagnole

sylvaincherkaoui.com "Ton âme pour un prêt immobilier"

En l’espace d’une semaine: la révolte? La révolution? … bref, ce truc de dingue qui se passe en Espagne depuis le 15 mai prend une ampleur qui surprend tout le monde et rejouit la plupart. Pourtant le moment est délicat: les élections régionales, c’est demain!

Même si tout acte politique est suspendu à 24 heures du scrutin pour bénéficier d´un temps de réflexion, les ‘acampadas’ et les concentrations continuent de pousser comme des champignons, en Espagne et dans le monde entier… Pour preuve, la carte des manifs en cours ou en préparation.

Hier soir à la Puerta del Sol, au coeur de Madrid,  30.000 personnes ont démarré la dite “journée de réflexion” avec une minute de silence. Des moments éléctriques qu’on a pu suivre avec 30.000 autres personnes connectées sur Internet, accrochées au live streaming.

Stream videos at Ustream

En principe, les rassemblements sont interdits aujourd’hui. On vous avait déjà parlé de la Junta, l’autorité électorale. Ses membres trouvent que les protestations pourraient influencer l’esprit de vote.

Mais les manifestants n´ont pas l’air de vouloir quitter la Villa de l´Indignation.

sylvaincherkaoui.com
sylvaincherkaoui

Le Gouvernement a fait comprendre que la police n’interviendrait que s’il y avait des débordements. Les policiers, de leur côté, refusent d´affronter des milliers de personnes, de tout âge. Beaucoup d’entre eux comprennent bien le ras-le-bol.

De leur côté, les manifestants jouent le jeu, en partie. Si depuis hier soir aucun flyer politique n’est distribué, les banderoles et les chants continuent de dénoncer haut et fort le système politique et les deux grands partis nationaux.

sylvaincherkaoui.com

Ils ont décidé de ne pas boire de l’alcool pour éviter les soucis qu’on connais tous, pour montrer que ce mouvement veux un changement, que c’est une réflexion serieuse.

Aussi pour démontrer que ces rassemblements ne sont pas liés a la bien connue inclinaison des espagnols a faire la ‘teuf’.

La place Tahrir espagnole (allez, n’ayons pas peur des clichés) est devenue une ville à l’intérieur d’une ville, service de garderie pour enfants inclu, des assamblées et commissions autogérés…

Les plateformes signent déjà des manifiestos et postent des propositions sur leur site. Le but étant toujours le même: avoir une vraie démocratie maintenant: Democracia Real Ya!.

Les médias, accusés en début de semaine d’ignorer les manifs, ne parlent plus d’autre chose. En pleine campagne, ils limitent même la couverture des meetings électoraux dans les JT. Côté international, aujourd’hui ‘Spain’ était le mot le plus recherche sur le site du New York Times.

En Espagne les politiciens ont été relégués au second plan. Les gens (pas que les jeunes, pas que la gauche, pas que les geeks) ont volé la vedette dans cette campagne d’ores et déjà historique.

sylvaincherkaoui.com

Ça a été marrant de voir comment la classe politique essayait d’abord de comprendre, paumés dans l’incertitude. Puis d’agir en un deuxième temps: la plupart dit ‘comprendre’ les raisons de la grogne.

Après il y a les cas insolites. Comme celui de la ‘présidente de la communauté urbaine de Madrid’, conservatrice du Parti Populaire, qui croit (ou veut faire croire) que le mouvement est juste contre elle.

La presse de droite accuse la #spanishrevolution de violer la loi et de vouloir instaurer la III République, rien à voir. On veut croire que c’est des exceptions.

En théorie, cet inédit mouvement de masses va favoriser la droite et provoquer la débacle des socialistes (au pouvoir depuis 2004). On verra dimanche soir et lundi.

Mais pour le moment, les vrais gagnants sont les citoyens espagnols. Emus face à l’espoir incarné dans ces protestations. Indignés enfin avec le taux de chômage, la baisse du pouvoir d’achat, la crise du logement et l´spéculation (200 candidats aux élections sont inculpés formellement dans des affaires de corruption).

Beaucoup de questions se posent autour de ce mouvement, mais pour la plupart des impliqués, pour tous ceux qui occupent désormais les trottoirs avec leur duvet, le plus important est qu’enfin ça bouge!

sylvaincherkaoui.com

Merci mille fois Sylvain Cherkaoui pour ces superbes photos.

Suite (de la révolution) Espagnole

Nous sommes le jeudi 19 mai et le mouvement dit du “15 mai” a bien évolué depuis.

Vue de la Puerta del Sol. Madrid #nonosvamos #notenemosmiedo. sylvaincherkaoui.com

Mardi dernier, nous avons publié un article en français, vu le manque d´intérêt des médias francophones au sujet de la ‘Spanish Revolution’. Obnubilés par les péripéties de DSK, l’homme qui a pris la douche la plus chère de l’Histoire.

Il faut dire qu´ils se ratrappent petit à petit. Malgré les difficultés de certains journalistes, Espagnols compris, à définir  ce ‘Mai 2011’ Espagnol.

sylvaincherkaoui.com

Ces manifestations ne sont pas un mouvement antisystème classique. ” Je ne suis pas ‘antisystème’ c’est le systéme qui est ‘antimoi’, hurlent les manifestants. Un cris de guerre repris de l’oeuvre  du génial dessinateur de presse El Roto, de El País. (Découverte grâce à Zoé de Kerangat).

Ce n’est pas non plus un mouvement anti droite, même si la presse conservatrice essaie de défendre le contraire. Les plus virulents parlent d’un mouvement lié aux independentistes de l’ETA… une idée complètement à côté de la plaque.

Ce n’est pas non plus un mouvement ‘de jeunes’. Toutes les tranches d´âge se concentrent désormais dans les camps urbains. C´est tout simplement du ras-le-bol face aux marchés financiers, à la corruption et à une classe politique décevante.

La diversité des banderoles donnent un bon aperçu de l’ambiance: ‘ils ne nous représentent pas’, ‘les mesures d’austérité appliquez-les dans vos conflits armés’, ‘la vraie violence est celle qui te fait gagner 600 euros/mois’, ‘si vous nous laissez pas rêver on ne vous laissera pas dormir’, ‘mains dans l’air, ceci est un contrat d’embauche’ etc.

Sur Twitter, le tweet classique qui faisait fureur pendant les révolutions arabes est de retour: ‘Democratie 1.0 pas actualisée. Mise a jour democratie 2.0″

Le site lyonnais Rebel Lyon à posté le manifeste du mouvement ‘Democracia Real Ya’, une bonne initiative, mais pas la seule: la révolution espagnole se constitue de multiples plateformes.

Retour au dernier post Cruasán. Qu´est-ce qui s´est passé depuis? Les images précieuses du photographe français Sylvain Cherkaoui illustrent l´actualité. L’Album complet c´est par ici.

Mardi 17/05/2011. 5h. du matin. Délogement musclé du campement de Puerta del Sol.

sylvaincherkaoui.com

Mardi 17/05/2011 à 20 heures. Les indignés s’indignent encore plus. La Puerta del Sol est pleine à craquer. La police libère vingt personnes interpellées la veille, accusées des divers delits.

sylvaincherkaoui.com
sylvaincherkaoui.com
sylvaincherkaoui.com

Face à un tel rassemblement, totalement pacifique, la police est démunie. Zero incidents. Les ‘acampadas’ se repandent un peu partout en Espagne

Mercredi 18/05/2011.
Vers 17 heures, nous apprenons que la ‘Junta’ Électorale, (l’autorité électorale) interdit la concentration de Puerta del Sol. La raison? Le mouvement “risquerait d’influencer le vote des élections régionales du dimanche 22 mai.”

Rigolade générale sur les réseaux sociaux, appels à renforcer la mobilisation. Le #nonosvamos (on s’en va pas) change au #notenemosmiedo (on n’a pas peur). Mission accomplie. La superbe photo qui ouvre ce billet en fait preuve.

Les manifestants passent une quatrième nuit sur la place, malgré une pluie persistante. Une fois de plus: zero incidents.

Les ‘acampadas’ se manifestent aussi à l’internationale, dans les Ambassades et consulats espagnols de Londres, Paris, Rome, Buenos Aires et j’en oublie sûrement. Des citoyens du monde entier se solidarisent: des manifestations ont été convoquées à Vienne, Bruxelles et même au Mexique.



Stream videos at Ustream

Les plateformes citoyennes appellent à ne pas arrêter les initiatives le 22 mai, jour des élections regionales. La capacité d’organisation est tout de même remarquable: groupes Facebook,  ‘hashtags’ sur Twitter, blogs, et même du ‘livestreaming’ qui permet de suivre l´actualité en temps réel.

Voilà où on est!

Et pour finir en beauté, c’est toujours bon de se poser et réflechir… bercés par la ‘Suite Espagnole’ d’Isaac Albéniz.