RhôneExpress, Aéroports de Lyon, taxi, Easyjet… la vache!

La vache c’est toi. Et moi. Une vache à lait à traire en mode low cost (pour eux). Nous sommes tous des petites vachunettes, traites en vitesse fast food mais qui rapportent gros.

D’abord y a Rhône Express. Que est-ce qu’on n’a pas déjà dit de ce bidule qu’en plein 21éme siècle, dans l’Union Européenne s’assure un MONOPOLE A 30 ANS pour un service qui te lâche, lâchement, si ton avion atterri plus tard que minuit (souvent parce que les controles du Schengen suspendu te jouent un tour).

vaches-avion.jpeg
Ces pauvres vaches étaient transportées par avion au Qatar y a pas longtemps. Avec EasyJet + Rhône Express et Aéroports de Lyon, on se sent pareil. (AFP/ Qatar news agency)

Y a la “garantie retour” sauf que c’est indiqué nulle part dans l’aéroport, ni dans la page “horaires” du propre service. Les gars d’Easyjet ne te dissent rien non plus et après avoir traversé les interminables couloirs de l’absurde Terminal 1, t’as vraiment pas envie de traverser tout l’aéroport pour voir si c’est en place.

Aéroports de Lyon, est si fier de son nouveau Terminal 1 qui peut être n’ont pas compris qu’il est surdimensionnée, mal desservi, et absurde. Mais oui on a de jolis stickers collés au mur pour éviter qu’on pète un cable en parcourant ses jolis couloirs inutiles.

Quand on a marché les derniers kilometres dans les couloirs vides, on a l’étrange impression d’être punis pour avoir “choisit” le Low Cost (alors que il n’y a pas vraiment d’alternatives pour beaucoup de destinations).

Donc on passe au taxi. 75 / 80 euros pour rentrer chez toi. “C’est la Préfecture qui fixe les prix” nous disent-ils.

Et aussi il y a EasyJet. Pas facile. Avec ses plans impossibles de vol, t’as 4 chances sur 3 d’arriver en retard si tu prends le dernier vol de la journée. Experts dans la traite, dans le traitement du passager comme du bétail.

Tant qu’a faire, je suis tenté de réserver avec cette boîte spécialisée dans le transport de vaches. Au moins il y a un véto.

BCWK_V6CAAAVQEu
Apparement il existe un truc qui s’appelle © Cowstagram

L’objectif est clair: te traire encore une goutte; achète ta place pour avoir 2 centimètres pour les jambes, paie ton Speedy Boarding, êtes vous d’EasyJet Plus? Et sinon vous voulez pas un café sandwich a 9 euros vu que vous venez de passer 3 heures enfermé devant la porte d’embarquement en attendant qu’on s’organise?

Et oui, pour la traite, c’est plus facile avec une vache fatiguée et désorientée.

En attendant, on fais quoi nous, vachettes folles de fatigue nerveuse?

En attendant on peut signer la pétition pour un Rhone Express abordable.

Vous pouvez vous défouler et crier votre désespoir de vache pressée si vous avez un blog, ça fait du bien. Des fois on t’écoute même.

Un compte Facebook, Twitter, même Instagram sert aussi por râler.

Et n’oubliez pas de réclamer. Auprès de Rhône Express, EasyJet, Aéroports de Lyon, le Conseil Municipale, le Régionale, le Mondiale, Emmanuel Macron, la Commission Européenne et le Parlement Européen.

PS: bientôt un nouveau post avec les réponses du service client. Spoiler:

Suite à votre demande, nous vous informons que notre service n’est pas un monopole (…)

 

 

 

 

Anuncios

Noé Soulier m’a un peu saoulé

Je suis allé sans apriori au spectacle de Noé Soulier à la Biennale de la Danse de Lyon. Je ne savais même pas qu’il s’appelait “Mouvement sur mouvement”, J’avais aucune idée de ce que j’allais voir. Je préfère comme ça.

“Noé Soulier a beau être jeune, c’est une encyclopédie : toutes les danses l’intéressent, classique, contemporaine, et ce, sans limite. Parce qu’au fond, ce qu’il traque un peu partout ce sont les gestes qui racontent quelque chose” dit la page officielle de la Biennale pour présenter ce spectacle.

Perso, j’avais même pas lu ça.

On arrive a un spectacle de la Biennale de la Danse à l’amphi de l’Opéra de Lyon, les lumières s’éteignent et il y a ce gentil garçon qui sort vêtu d’un t-shirt et un pantalon a pinces. Gris, tout gris. Pourquoi pas. Puis il commence a faire quelques gestes de danse, plutôt mécaniques. A sec, sans musique. Pourquoi pas.

Après quelque minutes il refait les mêmes gestes, et il commence a les expliquer. Avec une traduction en Anglais derrière. Pourquoi pas.

Petit a petit on sent qu’il commence a expliquer mécaniquement ces gestes chorégraphiques mécaniques, a les décortiquer et les analyser dans un ton monotone. Au début on se dit “pourquoi pas”, on va essayer d’écouter…

Mais il fait si vite, si mécanique, si monotone qu’on ne retient pas grande chose. En plus c’est un analyse sans vrai analyse, on n’apprends pas les secrets de la maitrise du corps, la beauté des gestes, ce qui ressent le danseur en dansant, ce qui pourrait être très intéressant.

Son texte, enroulé en spirale, appris par coeur, et très répétitif. Comme un mantra.

En pleine digestion du burger  pris peu avant je m’assoupis. Je commence a décrocher et a le voir agir comme si moi-même je regardait la scène de l’extérieur, dans un univers parallèle (c’est ce qu’il dit de soit même a un moment de son speech).

J’ai l’impression d’écouter répéter un jeune thésard quelques jours avant le grand orale. Il a bien appris la lesson. Ça oui, y a pas de doute.

Du coup il me fait penser aux traumatismes provoqués par l’enseignement de haut niveau. Que c’est soit pour la danse, la musique… la méthode pédagogique d’élite peut laisser des traces.

Je pense que ce que je vois -de l’extérieure, dans mon nuage- c’est surement un produit de cette discipline acharnée. Il est tout gentil ce Noé Soulier, on apprécie qu’il  est un très bon danseur, oui, oui.

Mais on ne va pas a un spectacle de la Biennale de la Danse pour avaler un analyse intellectuel mais sans profondeur sur le “geste oblique” déballé d’un seul trait, sans presque respirer.

On apprécie que Soulier est un bon danseur, mais franchement, il n’est pas un communicateur.

Je regarde autour. Je vois qu’une bonne partie du public est aussi perplexe, ils avalent, patients. Une dame dort.

L’amie qui m’avait invité s’est excusée de l’avoir fait.

Si non c’était bien.

Les violences en Espagne font une fausse une

Les lecteurs du Cruasán Ambulante le savent bien. On n’est pas souvent d’accord avec le Gouvernement. Qu’il soit de gauche, de droite, en France ou en Espagne.

Mais hier un membre du gouvernement espagnol -le nouveau, celui de droite- a dit que les épisodes récents de violences en Espagne après des manifs contre les mesures d’austérité à Valencia et Barcelona donnent une fausse image du pays. Je suis d’accord.

Même si on n’habite plus là bas,  je ne pense pas que ces images, qui ont très vite fait le tour du monde -jusqu’à la une du New York Times-, soient un reflet du climat sociale.

Ces violences pourraient se déclencher, si le gouvernement  continue a imposer l’austérité a tout prix (et ce sont des prix astronomiques).

C’est clair que le nouveau gouvernement est plutôt maladroit dans la gestion de ces mouvements de contestation, comme le signale notre ami Mompontet dans son dernier Monoeil.

Mais je pense qu’il y a un intérêt quiconque a faire tourner ces images en boucle comme si l’Espagne allait péter a la Grecque. Pour l’instant il ne s’agit que de deux épisodes séparés et différents.

C’est connu : “Never let the truth stand in the way of a good story” (Ne laisse jamais la vérité empêcher une bonne histoire). Ça fait vendre, cliquer, allumer la télé…

Bref. Tout ça pour vous dire que ça chauffe entre le Gouvernement et les jeunes contestataires, mais l’Espagne c’est aussi -surtout?- ça :

Une ‘rumba’ chantée dans une banque pour dénoncer l’endettement fou de l’achat immobilier. “Ce n’est pas une crise, ça s’appel capitalisme” disent-ils.

J’adore ces Flashmobs du groupe Flo6x8.

Ils l’avaient fait aussi à Seville. Attention a la gueule de l’agent de sécurité:

En Espagne, on craint plus les guignols que la crise

Nadal fait le plein dans le sketch des guignols

Une semaine forte en actu au pays du soleil.

Le Tribunal suprême  a condamné le juge Garzón à onze ans d’interdiction d’exercer pour avoir enquêté un grand réseau de corruption et avoir instruit un procès contre les crimes du franquisme.

La décision du Tribunal suprême tombait la veille de la présentation d’une réforme du marché du travail très polémique. Le gouvernement prévoit la baisse des indemnités de licenciement.

Une semaine forte en actu, donc, qui a été éclipsée par ce qui aurait dû rester comme l’anecdote du jour: les critiques aux Guignols de l’info de Canal+.

La fédération Espagnole de tennis a menacé de porter plainte. Le Gouvernement et même le chef de l’opposition, Alfredo Pérez Rubalcaba, ont critiqué durement les marionnettes en latex. L’Ambassadeur espagnol en France a envoyé une lettre aux médias français pour exprimer le mécontentement officiel du Royaume.

Pour cause: une série de blagues des guignols sur le dopage en Espagne après le scandale Contador. Le pire c’est qu’ils ont touché à l’intouchable Rafa Nadal.

Sur les réseaux sociaux, nombreux Espagnols, déchaînés, ont demandé la fermeture de Canal. Ils ont même souligné le manque de trophées gagnés par les sportifs français ces dernières années. La blague de la télé payante serait de la pure jalousie, disent-ils.

Alors que 22% de la population est au chômage et que l’économie du pays s’écroule,  certains pensent qu’on ferait mieux de s’occuper des vrais soucis au lieu de perdre notre temps à critiquer les  guignols. Normal, on a envie de dire.

Certains ont préféré de répondre avec un peu d’humour. Ils demandent de se faire envahir à nouveau par la France, comme en 1808, considérant les politiciens actuels des incapables. Et ont même créé une pétition en ligne.

Comme si la France allait nous sauver.

Espagne: décalage horaire

Devant la vive polémique* suscitée par notre billet en espagnol “Qué largos son los días en Francia”, où on explique comment on se perd dans les divisions de la journée française quand on est Espagnols, on a demandé à notre amie Zoé de Kerangat, française qui habite à Madrid, de nous donner l’envers du décor. On est très respectueux du droit de réplique. Il paraît que nous sommes difficiles a comprendre aussi.  

(*En fin, vive polémique… c’est juste trois ou quatre potes français qui ont réagi)

 * * * *

“Ces espagnols décalés” Par le blog invité: Madrid au jour le jour

J’imagine tout à fait que pour des espagnols qui vont vivre en France, cela ne doit pas être facile de s’adapter aux horaires. Mais quand ça marche dans un sens, c’est vrai aussi dans l’autre, et je peux témoigner de la confusion à laquelle je dois faire face quand il s’agit de déterminer quel est le moment de la journée dont on parle, et pire encore, de me faire comprendre correctement quand je parle d’un moment de la journée ou de la nuit!

Il faut dire que les horaires espagnols sont “décalés” par rapport aux français parce que les horaires des repas n’ont rien à voir, comme on le sait tous (mais on finit par s’habituer à déjeuner à 15h et dîner à 22, si, si, bon surtout quand on travaille et qu’on n’a pas le choix).

Donc, première chose, comme partout dans le monde, avant le déjeuner c’est le matin. L’après-midi en Espagne, la tarde, ne commence donc pas avant 14h.

[Note Cruasán: la tarde commence après la siesta]

Ça, je m’en suis rendue compte quand à la fac en erasmus on nous a convoqué à une conférence à la una de la mañana. Il s’agissait de 13h bien sûr, mais j’ai mis du temps à comprendre.

En y réfléchissant c’était (un peu) logique, parce qu’en Espagne si on parle du matin de 1h, 2h jusqu’à 5h du mat’, on dit la madrugada et non pas la mañana. Et puis madrugar c’est “se lever tôt”. Par contre si on dit madrugar ça peut aller jusqu’à 8h, même si on dit las ocho de la mañana, attention!

Bref, cette histoire de déjeuner entre 14 et 16h m’a valu d’autres confusions, notamment autour du concept de “midi”. Midi pour moi, c’est midi. Point.

Ici, c’est plus compliqué apparemment (ou alors j’ai rencontré des personnes bizarres), parce que mediodía peut faire référence, logiquement, au strict milieu de la journée, comme notre midi, 12h (c’est encore plus clair avec le mot espagnol d’ailleurs: medio-milieu et día-jour/journée). Mais d’autres considèrent que cela correspond à l’heure du déjeuner (entre 14 et 16h donc), histoire de rendre la chose encore plus facile… Quoi qu’il en soit j’ai cru comprendre que le mediodía n’était pas trop utilisé, et moi je l’évite à tout prix.

(↑ La leyenda del tiempo: oeuvre mythique de Camaron de la Isla ↑)

Ensuite, il y a le día, que l’on connaît bêtement tous les français comme “jour”. Mais cela veut aussi dire journée, attention, dans le sens journée entière. Par exemple le fameux Buenos días n’est valable que le matin et à partir de 14h, il faut dire Buenas tardes pour dire bonjour, parce qu’il ne s’agit plus de la journée entière. Et le Que tengas un buen día ne se dit que le matin pour souhaiter une bonne journée. L’après-midi, on dit plus Que tengas una buena tarde. C’est plus logique que cela en a l’air en fait.

Au fur et à mesure de la journée cela devient plus simple, il faut juste tenir compte du fait que l’après-midi s’étend jusque tard dans la soirée (française). La noche ne commence qu’à partir de 22h.

D’où le concept assez obscur de tarde-noche, qui, je suppose, fait la liaison entre l’après-midi et la nuit. Je l’utilise pour dire “vers 21h” mais je ne suis pas sûre de moi.

Tout ça c’est du moins ce que j’ai compris parce que, tout comme en France, cela dépend bien sûr de ce que chacun veut en faire, et surtout du contexte.

On assiste donc à des variantes en tous genres et cela nous complique un peu le problème, à nous autres pauvres étrangers. Si on ajoute à cela la ponctualité légendaire de nos amis espagnols, il faut être préparé à quelques ratés (attention à ne pas généraliser tout de même, j’ai connu des espagnols plus ponctuels que des hollandais, si si). En fin de compte, le plus simple est de donner l’heure exacte, mais c’est tellement plus drôle d’essayer de
faire comme les autochtones que je me prends au jeu, au risque de me retrouver plantée 🙂

Maladies infectieuses: Voiturite

Voiturite: du Français “voiture”. “Ite”, comme toutes les maladies.

Inflammation douloureuse du muscle de la voiture. Cet abducteur se situe entre le muscle de l’ordinateur neuf et de celui de “j’en ai besoin de cet écran plasma”.

Symptômes: le patient fait l’expérience d’une envie très forte d’acheter une bagnole. En conséquence, il regarde de façon compulsive tous les sites de voitures, essais et forums sur internet.

Très fréquemment ça se manifeste aussi dans la rue, et suivant la gravité des cas, sur la route, avec des risques accrus dus au manque d’attention du sujet.

Un troisième signe du fait que la personne est atteinte de cette maladie contagieuse est qu’il regarde ses comptes bancaires avec assiduité et compare toutes les options de crédit possibles.

Dans les cas les plus aigus le malade peut essayer de vendre la maison de ses parents, où bien de sa soeur, pour obtenir l’argent nécessaire à ses fins. Dans tous les cas sa réponse sera –“Non, ça va, je sais ce que je fais”.

Incidence: 85% population masculine / 10% population féminine / 5% Répondent “Mais qu’est-ce que tu racontes”. Le phénomène n’a pas de délimitation géographique.

Traitement: Il n’y a pas vraie guérison à long terme, mais le patient peut améliorer ses conditions de vie de façon temporelle en achetant une caisse.

D’ailleurs, si vous avez un bon plan sur une Golf SW 1.9 TDI ou équivalent avec moins de 150.000 km, CT ok, attelage, barres de toit, pneus hiver et factures a l’appui… n’hésitez pas à laisser vos coordonnés ci-dessous. Échange possible.

Merci, maestro Taariq Moutiers pour le conseil et la solidarité dans la ‘maladie de la bagnole’.