La ‘Spanish Revolution’ débarque en France (updated 3!!)

Photo Juan Peces

Lyon ne veux pas voir sa jolie place Bellecour transformée en petite place Tahrir.

Cette nuit la police a dégagé les quelques 150 personnes qui campaient. Des moments tendus. Voici un des commentaires laissé à ce sujet par un Cruasán/a. (Merci, d’ailleurs)


“Ce lundi 23 mai 2011, à LYON :

Après nous être rassemblés à partir de 19h, avoir discuté et partagé un grand repas, une trentaine de CRS épaulés par la BAC nous ont évacué avec force vers 23h15 (nous étions assis pour poursuivre nos échanges sereinement, lorsqu’ils nous ont encerclé et chassé en nous soulevant, tirant les cheveux, etc). Environ 150 personnes présentes. Pas d’arrestation.

On reviendra demain [aujourd’hui, ndlr] à partir de 19h, et après demain et ainsi de suite, pour nous réunir, parler et vivre une véritable démocratie, celle-là même que l’Etat nous refuse.

pour suivre l’actu lyonnaise :
http://rebellyon.info/Tahrir-Puerta-del-Sol-Bellecour-La.html

 Le Post raconte aujourd´hui comment la police est aussi intervenue à Montpellier. Comme quoi il surveillent de près le site Réelle Democratie, créé pour expliquer ce drôle de mouvement en France, écris en français.

Impressionnant rassemblement à Berlin. http://democraciarealyaberlin.com/ via la journaliste espagnole Olga Rodríguez

Un ami français me disait récemment que ce serait très difficile qu’un tel mouvement prenne en France. Car même si les français ont bel e bien l’habitude de manifester, c’est toujours accompagnés par les syndicats et où des partis politiques. “Ils ont le monopole des mobilisations” disait-il.

Hier, au coeur du rassemblement à Puerta del Sol, à Madrid,  je pensais aux différences entre la police française et l’espagnole. Après la minute de silence quotidienne, à minuit,  1.000 personnes étaient encore sur place entourées par deux seules voitures de police. Ambiance complètement calme.

On voit bien que les autorités françaises ne comprennent pas ou ne sont pas prêtes à autoriser un rassemblement citoyen spontané, même s’il est pacfique. L’article du Post laisse comprendre que ces rassemblements sont juste un attentat à l’ordre public pour les policiers.

Et pourtant, les protestations continuent de se répandre.

Silence: journée de réflexion dans la Révolution espagnole

sylvaincherkaoui.com "Ton âme pour un prêt immobilier"

En l’espace d’une semaine: la révolte? La révolution? … bref, ce truc de dingue qui se passe en Espagne depuis le 15 mai prend une ampleur qui surprend tout le monde et rejouit la plupart. Pourtant le moment est délicat: les élections régionales, c’est demain!

Même si tout acte politique est suspendu à 24 heures du scrutin pour bénéficier d´un temps de réflexion, les ‘acampadas’ et les concentrations continuent de pousser comme des champignons, en Espagne et dans le monde entier… Pour preuve, la carte des manifs en cours ou en préparation.

Hier soir à la Puerta del Sol, au coeur de Madrid,  30.000 personnes ont démarré la dite “journée de réflexion” avec une minute de silence. Des moments éléctriques qu’on a pu suivre avec 30.000 autres personnes connectées sur Internet, accrochées au live streaming.

Stream videos at Ustream

En principe, les rassemblements sont interdits aujourd’hui. On vous avait déjà parlé de la Junta, l’autorité électorale. Ses membres trouvent que les protestations pourraient influencer l’esprit de vote.

Mais les manifestants n´ont pas l’air de vouloir quitter la Villa de l´Indignation.

sylvaincherkaoui.com
sylvaincherkaoui

Le Gouvernement a fait comprendre que la police n’interviendrait que s’il y avait des débordements. Les policiers, de leur côté, refusent d´affronter des milliers de personnes, de tout âge. Beaucoup d’entre eux comprennent bien le ras-le-bol.

De leur côté, les manifestants jouent le jeu, en partie. Si depuis hier soir aucun flyer politique n’est distribué, les banderoles et les chants continuent de dénoncer haut et fort le système politique et les deux grands partis nationaux.

sylvaincherkaoui.com

Ils ont décidé de ne pas boire de l’alcool pour éviter les soucis qu’on connais tous, pour montrer que ce mouvement veux un changement, que c’est une réflexion serieuse.

Aussi pour démontrer que ces rassemblements ne sont pas liés a la bien connue inclinaison des espagnols a faire la ‘teuf’.

La place Tahrir espagnole (allez, n’ayons pas peur des clichés) est devenue une ville à l’intérieur d’une ville, service de garderie pour enfants inclu, des assamblées et commissions autogérés…

Les plateformes signent déjà des manifiestos et postent des propositions sur leur site. Le but étant toujours le même: avoir une vraie démocratie maintenant: Democracia Real Ya!.

Les médias, accusés en début de semaine d’ignorer les manifs, ne parlent plus d’autre chose. En pleine campagne, ils limitent même la couverture des meetings électoraux dans les JT. Côté international, aujourd’hui ‘Spain’ était le mot le plus recherche sur le site du New York Times.

En Espagne les politiciens ont été relégués au second plan. Les gens (pas que les jeunes, pas que la gauche, pas que les geeks) ont volé la vedette dans cette campagne d’ores et déjà historique.

sylvaincherkaoui.com

Ça a été marrant de voir comment la classe politique essayait d’abord de comprendre, paumés dans l’incertitude. Puis d’agir en un deuxième temps: la plupart dit ‘comprendre’ les raisons de la grogne.

Après il y a les cas insolites. Comme celui de la ‘présidente de la communauté urbaine de Madrid’, conservatrice du Parti Populaire, qui croit (ou veut faire croire) que le mouvement est juste contre elle.

La presse de droite accuse la #spanishrevolution de violer la loi et de vouloir instaurer la III République, rien à voir. On veut croire que c’est des exceptions.

En théorie, cet inédit mouvement de masses va favoriser la droite et provoquer la débacle des socialistes (au pouvoir depuis 2004). On verra dimanche soir et lundi.

Mais pour le moment, les vrais gagnants sont les citoyens espagnols. Emus face à l’espoir incarné dans ces protestations. Indignés enfin avec le taux de chômage, la baisse du pouvoir d’achat, la crise du logement et l´spéculation (200 candidats aux élections sont inculpés formellement dans des affaires de corruption).

Beaucoup de questions se posent autour de ce mouvement, mais pour la plupart des impliqués, pour tous ceux qui occupent désormais les trottoirs avec leur duvet, le plus important est qu’enfin ça bouge!

sylvaincherkaoui.com

Merci mille fois Sylvain Cherkaoui pour ces superbes photos.

Suite (de la révolution) Espagnole

Nous sommes le jeudi 19 mai et le mouvement dit du “15 mai” a bien évolué depuis.

Vue de la Puerta del Sol. Madrid #nonosvamos #notenemosmiedo. sylvaincherkaoui.com

Mardi dernier, nous avons publié un article en français, vu le manque d´intérêt des médias francophones au sujet de la ‘Spanish Revolution’. Obnubilés par les péripéties de DSK, l’homme qui a pris la douche la plus chère de l’Histoire.

Il faut dire qu´ils se ratrappent petit à petit. Malgré les difficultés de certains journalistes, Espagnols compris, à définir  ce ‘Mai 2011’ Espagnol.

sylvaincherkaoui.com

Ces manifestations ne sont pas un mouvement antisystème classique. ” Je ne suis pas ‘antisystème’ c’est le systéme qui est ‘antimoi’, hurlent les manifestants. Un cris de guerre repris de l’oeuvre  du génial dessinateur de presse El Roto, de El País. (Découverte grâce à Zoé de Kerangat).

Ce n’est pas non plus un mouvement anti droite, même si la presse conservatrice essaie de défendre le contraire. Les plus virulents parlent d’un mouvement lié aux independentistes de l’ETA… une idée complètement à côté de la plaque.

Ce n’est pas non plus un mouvement ‘de jeunes’. Toutes les tranches d´âge se concentrent désormais dans les camps urbains. C´est tout simplement du ras-le-bol face aux marchés financiers, à la corruption et à une classe politique décevante.

La diversité des banderoles donnent un bon aperçu de l’ambiance: ‘ils ne nous représentent pas’, ‘les mesures d’austérité appliquez-les dans vos conflits armés’, ‘la vraie violence est celle qui te fait gagner 600 euros/mois’, ‘si vous nous laissez pas rêver on ne vous laissera pas dormir’, ‘mains dans l’air, ceci est un contrat d’embauche’ etc.

Sur Twitter, le tweet classique qui faisait fureur pendant les révolutions arabes est de retour: ‘Democratie 1.0 pas actualisée. Mise a jour democratie 2.0″

Le site lyonnais Rebel Lyon à posté le manifeste du mouvement ‘Democracia Real Ya’, une bonne initiative, mais pas la seule: la révolution espagnole se constitue de multiples plateformes.

Retour au dernier post Cruasán. Qu´est-ce qui s´est passé depuis? Les images précieuses du photographe français Sylvain Cherkaoui illustrent l´actualité. L’Album complet c´est par ici.

Mardi 17/05/2011. 5h. du matin. Délogement musclé du campement de Puerta del Sol.

sylvaincherkaoui.com

Mardi 17/05/2011 à 20 heures. Les indignés s’indignent encore plus. La Puerta del Sol est pleine à craquer. La police libère vingt personnes interpellées la veille, accusées des divers delits.

sylvaincherkaoui.com
sylvaincherkaoui.com
sylvaincherkaoui.com

Face à un tel rassemblement, totalement pacifique, la police est démunie. Zero incidents. Les ‘acampadas’ se repandent un peu partout en Espagne

Mercredi 18/05/2011.
Vers 17 heures, nous apprenons que la ‘Junta’ Électorale, (l’autorité électorale) interdit la concentration de Puerta del Sol. La raison? Le mouvement “risquerait d’influencer le vote des élections régionales du dimanche 22 mai.”

Rigolade générale sur les réseaux sociaux, appels à renforcer la mobilisation. Le #nonosvamos (on s’en va pas) change au #notenemosmiedo (on n’a pas peur). Mission accomplie. La superbe photo qui ouvre ce billet en fait preuve.

Les manifestants passent une quatrième nuit sur la place, malgré une pluie persistante. Une fois de plus: zero incidents.

Les ‘acampadas’ se manifestent aussi à l’internationale, dans les Ambassades et consulats espagnols de Londres, Paris, Rome, Buenos Aires et j’en oublie sûrement. Des citoyens du monde entier se solidarisent: des manifestations ont été convoquées à Vienne, Bruxelles et même au Mexique.



Stream videos at Ustream

Les plateformes citoyennes appellent à ne pas arrêter les initiatives le 22 mai, jour des élections regionales. La capacité d’organisation est tout de même remarquable: groupes Facebook,  ‘hashtags’ sur Twitter, blogs, et même du ‘livestreaming’ qui permet de suivre l´actualité en temps réel.

Voilà où on est!

Et pour finir en beauté, c’est toujours bon de se poser et réflechir… bercés par la ‘Suite Espagnole’ d’Isaac Albéniz.

L’Espagne s’indigne: révolution 2.0 dans les rues

‘On n’est pas la marchandise des politiciens et des banquiers’.

Avec ce cri de guerre, des milliers de personnes sont descendues dimanche 15 mai dans les rues espagnoles. En pleine période éléctorale, des rassemblements ont été convoqués dans plus de 50 villes. Le tout organisé par Internet et ses réseaux sociaux. Aucun syndicat ni parti politique à la tête.

Pas que trois chats, Puerta del Sol. Photo: Sylvain Cherkaoui/ http://www.sylvaincherkaoui.com

Un mouvement né du ras-le-bol des jeunes précaires, des chômeurs (bientôt 5 millions, plus du 20 % de la population active) des mal logés, des mal payés… Mais aussi des hackers, ou tout simplement, des citoyens. Agacés de voir se présenter aux élections des candidats inculpés dans des affaires de corruption. Comme si de rien n’était. Bref, un drôle de mélange.

Violence est de gagner 600€ par mois

Lors des manifestations contre la réforme des retraites, beaucoup d’Espagnols ont envié mais aussi admiré la capacité de mobilisation des Français. Maintenant c’est leur tour. Le message d’Stéphane Hessel à bien “indigné”  les esprits.

"jeunesse sans futur". sylvaincherkaoui.com

Personne ne connait  où va mener ce mouvement mais attention: ils font des appels dans toute l´Europe!

Puisque les auteurs du Cruasán Ambulante sommes Espagnols expatriés en France, nous avons demandé à deux Français expatriés en Espagne de nous raconter ce qu’ils ont vu et ressenti à Madrid pendant ces manifs d’un tout nouveau genre.

Et ce qui est encore plus drôle: ils ont accepté! Zoé de Kerangat, future journaliste, et le photographe Sylvain Cherkaoui nous font vivre et revivre ce moment, qui est d’ores et déja reconnu “très important” par les sociologues.

Compte Twitter de Zoé de Kerangat.

Et l’impressionant web-portfolio de Sylvain Cherkaoui.

Un grand merci à eux deux!

"Ce n'est pas des sauvetages c'est du chantage. On ne paye pas votre crise" SylvainCherkaoui.com.

15M par Zoé de Kerangat (extraits) ici le récit complet.

“Quelque chose de remarquable est en train d´avoir lieu en Espagne. Cela a commencé le 15 mai avec la manifestation « Democracia Real YA ! », dont les reivindications étaient multiples.”

Sans maison, sans travail, sans retraites, sans peur. sylvaincherkaoui.com

“Au début j’y allais plus par curiosité et solidarité. La sauce avait bien pris sur les réseaux sociaux et je voulais voir ce que ça allait donner. Je n’ai pas été déçue.”


“C’était assez énorme.”




sylvaincherkaoui.com




“La police est intervenue, violemment, et a placé 24 personnes en détention qui aujourd’hui le sont toujours.”


Sylvaincherkaoui.com

“La couverture par les média nationaux espagnols a été pour la plupart lamentable. Quelques secondes à peine dans les journaux télévisés, des revendications mal comprises et des activistes bien trop vite taxés d’ « antisystèmes » par les média conservateurs.”

La BAC espagnole (pas la vache). Sylvaincherkaoui.com

“Dimanche soir, après avoir improvisé un sit-in sur la Gran Vía, artère principale de la capitale, les manifestants ont installé un campement Puerta del Sol, dans l’intention d’y rester jusqu’au 22 mai, jour des élections.”

” Les gens s’étaient organisés en plusieurs comités (infrastructure, action, alimentation, communication..), d’autres filmaient pour le livestreaming, d’autres encore s’occupaient d’informer passants, curieux et média. Des assemblées générales étaient convoqués toutes les quatre heures.”

“C’était sans compter sur la police. Mon ordinateur à peine allumé, je n’ai pu que lire avec amertume que les manifestants avaient été expulsés vers 5h du matin, par la police du ministère de l’intérieur (delegación del gobierno)”.


“La mobilisation se poursuit malgré tout et une manifestation a été convoquée pour ce soir à 20h. Je ne sais pas trop ce que cela va donner au final, mais une chose est sûre, il y a un véritable malaise, ressenti par une large portion de la population. Médias et politiques feraient mieux d’y prêter un tant soit peu d’attention au lieu de l’ignorer ou de sortir les matraques dès qu’ils se sentent menacés.”

Zoé de Kerangat pour El Cruasán Ambulante.

PS: la mobilisation continue en ce moment même partout en Espagne (17 mai a 20h.) A suivre.

El mejor croissant joven

Le meilleur jeune croissant

No Comment.

ES: Bueno, comentamos un poquito. La cooperativa láctea Isigny Sainte Mère organiza todos los años el concurso del mejor croissant de mantequilla entre los alumnos de las escuelas de bollería. No podía faltar en nuestro blog. La ganadora ha sido Claire Boyer. El palmarés por fin está actualizado en la página web de la cooperativa.

FR: Bon, on rajoute un petit commentaire quand même. La Coopérative Isigny Ste-Mère organise tous les ans le concours du meilleur croissant au beurre. Un rendez-vous incontournable pour ce blog. Le concours a été remporté par l’apprentie au CFA de Nantes Claire Boyer. Le webmaster a enfin actualisé le site de la Coopérative avec le Palmarés.

Ben Laden: c’est marrant le conspirationnisme

Michel fait sa tête d'enfant de choeur

On vous avait déjà parlé de notre ami Michel Mompontet. Très lié à l’Espagne, lui aussi un peu ‘Cruasán Ambulante‘ il a été journaliste culture à la rédaction de France 2 pendant des années. Il est aussi un grand connaisseur du flamenco, du jazz… journaliste mais pas que ça. Il a vraiment trouvé sa place il y a quelques années dans le 13:15 h de France 2 où il décrypte l’actu de la semaine, rubrique ‘Monoeil’.

Hier j’ai découvert sa vision de l’élimination de Ben Laden, une histoire que bien pourrait être un film de Hollywood… Ou pas?

Bon, au fait ça sera un film de Hollywood cet été.

Ça vaut le coût de le regarder la capture de Ben Laden a travers ‘son oeil’.

Gracias Max Nukeplant et Photophore pour le coup de main.

Ça craint, l’Espagne

À Madrid, mars 2011. Je rentre dans un bar que je ne connais pas pour pratiquer mon sport madrilène préféré: manger un “pincho de tortilla” avec un “café con leche”.

Puisque chaque tortilla est différente, c’est toujours une aventure, parfois dangereuse, de goûter les recettes méconnues.

Ce pincho de tortilla, un des meilleurs que jai eu depuis longtemps.

Le patron, un homme dans les 50 ans, la tête bien peuplée de cheveux blancs, met son temps à prendre la commande.

Il discute avec une cliente. La tchatche classique du bar:

“T’as vu ce que le Gouvernement vient de proposer? C’est la honte”.

Je réussi à commander mon pincho (pas celui de la photo, il était meilleur que celui que j’ai commandé). J’en rajoute un sandwich mixto, j’avoue, j’avais faim, et la bouffe espagnole ça nous manque aux cruasanos!

Monsieur le serveur continue de tchatcher avec la cliente. On voit bien qu’elle est une habituée du bar, une voisine de quartier.

J’attends les mets désirés. J’ai faim. La discussion du serveur avec la cliente se transforme vite en un monologue. “ZP (aka de Zapatero, le premier ministre) va finir avec ce pays.  C’est pas possible, c’est un gouvernement de bâtards, que des fils de pute”, dit-il.

J’essaie de ne pas trop l´écouter. Je prends le journal El Mundo, bien connu par ses attaques violentes au Gouvernement socialiste.

Monsieur le serveur continue son one man show pas marrant. “C’est pas possible ce qu’ils sont en train de faire…”. Pas la peine de tout reproduire. Il commence à se chauffer tout seul et finit par dire qu’il a “envie de tous les tuer. Depuis des années.”

Finalement, mon pincho de tortilla, mon café con leche et mon sandwich mixto arrivent, mais je n’ai plus faim. Je mange vite, je paye et je prends des notes pour ce billet.

Malheuresement cette situation ici décrite n’est pas un cas isolé. C’est l’image d’un état d’âme collectif, parfois extrême, où le serveur arrive à crier en public qu’il a envie de tuer quelqu’un (tout le Gouvernement, même) devant un client inconnu (moi), dans son bar, comme si c’était la chose la plus normale au monde.

Musée Reina Sofia. Pas loin du Guernica de Picasso

C’est ne pas moi qui va défendre le Gouvernement Zapatero.

Mais c’est assez inquiétant de voir qu´un certain état de “guerrecivilisme” n’a pas disparu de l’Espagne, même si ça fait 72 ans du coup d’État du général Franco, et malgré une Transition démocratique, perçue comme exemplaire ici et là.

On a un ex-président qui fait le tour de monde avec un discours assez similaire à celui du serveur.

José María Aznar a fait à nouveau scandale après avoir dit aux élèves de la Columbia Bussiness School de New York que l’Espagne “ne pourra pas payer sa dette”. Sympa, à un moment où les requins des marchés regardent l’Espagne comme un succulent dessert, après la Grèce, l’Irlande et le Portugal.

Mais bon, ce type a dit aussi que Kadhafi est devenu un ami de l’Occident grâce à la guerre d’Irak,  qu’il a lui même lancé avec ses copains Bush et Blair.

La crise de l’immobilier, le record du chômage, la lutte contre le terrorisme de l’ETA et un Gouvernement qui semble improviser chaque décision et chaque projet de loi, ont rallumé les braises de cette haine. Je ne veux pas dire avec ceci qu’on est aux abords d’une nouvelle Guerre Civile -j’espère- mais ça craint l’Espagne, quand même.

Frío nacionalismo

“Nationalisme froid” 

Lyon, place Ennemond Fousseret.

Izquierda: “Me gusta el helado” Derecha: “Los mejores helados… de los Estados Unidos. Comed productos franceses”.

Twitter recadre les eurodéputés espagnols

“Indignez vous” de Stèphane Hessel vient d’être publié en espagnol et on dirait que les internautes ont bien capté le message.

Le Parlement Européen votait hier un amendement au budget de 2012 présenté par les Verts que proposait privilégier l’achat des vols en classe économique pour les constants déplacements des élus.

Une demande plutôt raisonnable dans ces temps où on nous demande constamment d’accepter des mesures d’austérité au nom de la pire crise économique depuis 1929. La vidéo avec les arguments de la deputée verte allemande Helga Trüppel, c’est par ici.

On votait aussi pour un gel des dépenses.

Ben non. Les députés ont rejeté avec 402 voix contre 216 l’idée de poser ses délicats fesses dans les grossiers sièges classe touriste. Avec 56 abstentions.

Le vote aurait pu passer inaperçu, comme tant d’autres, voir la plupart des travaux du Parlement de Strasbourg.

Mais Ignacio Escolar, ex directeur du journal Público et l’un des blogueurs pionniers en Espagne (maintenant traduit par The Guardian, même) s’est indigné.

“Les Euro Députes votent contre la limitation des voyages en première classe. C’etait comment ce truc de se serrer la ceinture?”

Et il se trouve que parmi les plus de 40.000 abonnés d’Ignacio Escolar il y a à peu près tous les journalistes espagnols.

Le buzz s’est répandu comme une traînée de poudre. Très vite ont commencé a circuler des documents avec le sens du vote des députés espagnols (seulement quatre ont voté a faveur).

Quelques 3 heures après #eurodiputadoscaraduras (Euro Deputés culottés) devenait le 1er Trending Topic (le thème le plus commenté) sur Twitter. Ce matin il l’est toujours. Devant Justin Bieber!

La vague de critiques, un vrai tsunami, a poussé le Parti Socialiste (PSOE) à rectifier le sens du vote. Ils promettent qu’ils vont s’abstenir, et ont expliqué que tout était dû a un malentendu, ce qui bien sûr n’a fait que la rigolade générale.

Le parti plus ou moins centriste UPyD a aussi promis revoir le sens du vote. Pas le conservateur Parti Populaire qui s’est limité a expliquer qu’ils suivent le sens du vote du Parti Populaire Européen.

On est vraiment soulagé de savoir que nos élus, avec des salaires autour de 8.000 euros par mois plus compléments des frais, se limitent à suivre des consignes de vote comme des moutons.

Et ça après le récent scandale de corruption concernant certains eurodéputés.

Mon préféré c’est le cas d’Eider Gardiazabal, élue espagnole, chopée quand elle allait pointer au Parlement, pour encaisser les frais et partait tout de suite après en weekend, avec 300 euros de plus dans les poches.

Bref, tout ça pour vous dire que on s’est bien marré hier sur Twitter. Mais surtout que toute cette histoire à montré qu’il n’y a pas que le monde arabe qui devrait s’indigner et se coordonner grâce aux nouveaux outils.

Et avant tout que quand on réagit ensemble, ça marche. “Quelque chose est en train de changer” dissent beaucoup des ‘twitteurs’ espagnols.

Aujourd’hui les jeunes ‘Ni-Ni’ manifestent à Madrid (Ici son compte Twitter). Et probablement ce n’est q’un début. Ça commence a bouger, l’Espagne.

Laboratoire de l’absurdité

FR: Maintenant à Lyon. Ils vont avoir du boulot.

ES: El Laboratorio del Absurdo, en Lyon. Van a tener mucho trabajo.

Merci photoshop.